GénéKréoL

Arbre généalogique Réunionnais

GénéKréoL

Le parcours d'une autodidacte, en généalogie familiale réunionnaise...

​Bonjour, soyez bienvenue dans mon monde ! Au fil des pages, je vous raconte l'histoire de mes ascendants(es). Mais, pas seulement...

Retracer la vie de ses aînés, faire son arbre généalogique, demande de la disponibilité et énormément de patience. Construire un arbre généalogique, c'est comme rassembler les pièces d'un puzzle.

C'est une activité ludique, qui peut devenir rapidement un casse-tête chinois, pour celle ou celui qui débute.

J’ai commencé à remplir les premières cases de mon arbre généalogique, à l’âge de 23 ans. À l’époque, je me questionnais sur mes origines paternelles. La démarche fut longue et compliqué, mais le résultat est fort intéressant. Car maintenant, je sais que j'ai un lien de parenté avec deux femmes, qui ont été des esclaves. Elles s’appelaient Virginie, décédée avant 1874 et Hélène, décédée avant 1846.

En parallèle, j’avais également entamé des investigations sur mes ascendants maternels. Au fil de mes recherches, j’avais pris conscience que mon métissage, raconte l’histoire de deux peuples. D’un côté, j’ai quelques-uns de mes ancêtres, qui ont été des propriétaires d’esclaves et de l’autre côté, je suis descendante d’esclaves.

En 2014, après une vingtaine d'années de recherche généalogique, je décidais de créer ma page "Généalogie Métissage 974 Bourbon", rebaptisée depuis peu, "Généalogie Kréol". Au bout de quatre ans d’entraide généalogique, j’ose enfin créer mon premier site web, qui vient apporter un peu de fraîcheur, à ce que je fais déjà.

À part cela, j’aime la poésie Réunionnaise (Fonnkèr) et je me mets parfois à inventer des citations. J’en ai une, qui dit : "Chaque nom de famille a sa propre histoire… Encore, faut-il la connaître."

Alors, n’hésitez pas à me contacter, pour prendre connaissance, du vôtre !

Date de dernière mise à jour : samedi, 27 février 2021

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire